5 grosses actus SEO / SEA décryptées – avril 2017

Le SEO (optimisation du référencement naturel) et le SEA (Google Adwords) sont des domaines ultra dynamiques, qui changent sans cesse. Afin de toujours rester au top je veille énormément (100 à 150 articles de blog lus par semaine sur les meilleurs sites américains).

Pour tous ceux qui ne souhaitent pas y passer autant de temps, et en lire autant, je vais retenir le meilleur du meilleur, les #mustRead et vous les proposer chaque mois. Le tout agrémenté de mes conseils/compléments/réflexions (quelle valeur sinon?).

De quoi rester informé sur le marketing digital lié aux moteurs de recherche en 15 min chaque mois 🙂

Etre 1er en référencement naturel aurait de moins en moins de valeur

CTR-2015-vs-2017

D’après une récente étude Wordstream, le taux de clic de la 1ère position naturelle ne fait que diminuer. Alors que pourtant, les impressions ne font qu’augmenter.

Ceci serait la conséquence de l’évolution des Serps (pages de résultats Google) mais aussi de l’évolution du trafic internet. 4 causes ont été identifiées :

  • Les réponses directes en haut des pages de résultats (featured snippet encore appelé position zéro),

position-zero-seo

  • Les 4 premiers résultats sont sponsorisés sur la plupart des requêtes commerciales,

emplacements-adwords-serps

  • Les bloc de questions similaires (Related questions),

quastions-connexes-google

  • Le CTR (taux de clic) moins élevé sur mobile que sur ordinateur, alors que la part de trafic mobile ne fait qu’augmenter.

ctr-mobile-vs-desktop

A noter qu’aucune des causes pré-cités n’explique à elle seule la baisse constatée. Ce serait plutôt leur conjonction.

Mais tout n’est pas perdu. Vous devez lutter contre la baisse du taux de clic organique. Pour ce faire, vous pouvez :

  • Avoir des titres et descriptions les meilleures possibles. Faites des tests. Répondez intégralement à l’intention de recherche. Utilisez des mots émotionnels.
  • Construire votre marque afin de biaiser les personnes et obtenir plus de clics parce que les gens connaissent votre site d’une expérience passée.
  • Investir aussi dans d’autres leviers marketing (Adwords, Emailing, Réseaux sociaux) afin de compenser cette baisse.

Cette étude est intéressante. Elle ne porte toutefois que sur 24 mots clés et se base sur les données sur site wordstream.com (donc uniquement dans la niche marketing).

Cette étude n’est donc pas représentative globalement, et encore moins dans votre domaine. D’où ma question : est-ce que vos données vous racontent la même histoire ?

Me concernant, je n’ai pas 24 mots clés sur lesquels j’occupe la première place depuis 2 ans. Je ne suis même pas sûr d’en avoir un seul en fait 🙂 Je ne peux donc pas comparer les résultats de cette étude avec mes propres données. Et quand bien même, je suis également dans la niche marketing.

Cela étant, même sans données, juste d’un point de vue réflexion, tout cela peut paraître logique. Google fait tout pour rendre les annonces Adwords les plus organiques possible :

label-annonce-adwords-organic

Ils font tout aussi pour que l’utilisateur ait sa réponse le plus vite possible. Et sans clic c’est plus rapide qu’avec, forcément.

Alors certes, les featured snippets préparent le vocal (on va en parler en profondeur un peu plus tard) mais ils servent aussi à accélérer l’obtention d’une réponse dans une page de résultats. Sans clic.

Cependant, un autre point non abordé dans cette étude pourrait nuancer tout cela. Je pense notamment à l’impact de l’augmentation des bots (+36% de trafic en 2 ans) et des requêtes Google visant à scraper (collecter des données) ou à étudier les résultats.

Tout cela représente logiquement aussi une hausse continue des impressions sans clic (actuellement, 34% des recherches ne donnent aucun clic).

On peut donc aussi imaginer que finalement, la valeur de la 1ère place n’a pas autant diminué que ça réellement.

Difficile de savoir précisément. Bien que tout soit « mesurable », en réalité, ça reste assez opaque. C’est très difficile de séparer le trafic réel du trafic bot. Il n’y a qu’à voir les problèmes actuels avec Google Analytics.

Lien vers l’article original : http://www.wordstream.com/blog/ws/2017/04/26/google-ranking-click-through-rate


Les critères de référencement local en 2017

criteres-de-referencement-seo-local-2017

L’édition 2017 de cette grande étude publiée annuellement par Moz est sortie récemment révélant comme chaque année les principaux critères de référencement SEO locaux.

facteurs-referement-local-google

En extrêmement condensé, voila les critères les plus importants pour être bien positionné dans les résultats lors de recherches Google locales :

  • Avoir une présence physique dans la ville dans laquelle vous essayez de vous positionner (c’est exactement pour cette raison que je ne ranke plus dans le pack local sur agence web Thonon, je suis à Publier, un village à 5 km).
  • Vous devez être géographiquement proche de la personne au moment et (surtout) à l’endroit ou elle fait la recherche. Ce point est intéressant et marque un vrai changement. Auparavant, le fait d’être situé au centre ville avait un vrai impact sur le classement. Désormais, cela a moins d’importance. La distance entre votre adresse et l’adresse ou se situe la personne au moment de sa recherche a prit la relève. D’ailleurs, ce critère semble désormais être le critère le plus important.
  • Vous devez avoir renseigné la catégorie Google MyBusiness la plus pertinente par rapport à votre activité. Notez au passage que Google rajoute régulièrement de nouvelles catégories. Donc si au moment de la création de votre fiche MyBusiness, vous n’avez pas trouvé une catégorie parfaite pour votre activité, re-visitez ces catégories tous les 2 mois pour voir si rien de plus précis n’aurait pas été ajouté. Autre astuce, ajoutez des catégories secondaires pertinentes si vous avez plusieurs activités.

categories-google-mybusiness

  • Assurez-vous que toutes vos citations sont consistantes (comprendre exactement les mêmes adresses, noms, numéros de téléphone, siret, etc…) à travers les sites et plateformes qui vous mentionnent (societe.com, mappy, pagesjaunes, Yelp, Starofservice, Facebook, les annuaires divers, les sites partenaires, etc…).

consistance-citations-seo

  • Enfin, les vrai game changer, ce sont les liens externes de qualité ET de haute pertinence ET locaux ainsi que les avis Google (mais pas que puisque maintenant Google indexe aussi les avis obtenus sur d’autres plateformes comme Facebook et/ou Yelp par exemple).

avis-google-referencement-local-seo

Les points ci-dessus sont vraiment ce qu’il y a de plus important à retenir. Mais je vous invite vraiment à consulter l’étude entière ici : https://moz.com/blog/local-search-ranking-factors-survey-results-2017.


1 résultat sur 2 est HTTPs en 1ère page de Google

moitie-des-resultats-google-https

Il y a 9 mois, 30% des résultats de la première page de résultats Google étaient HTTPs. Désormais, nous avons franchi la barre des 50%.

Si le rythme de croissance se maintient, nous devrions atteindre quasiment 2/3 de résultats HTTPs en 1ère page d’ici la fin d’année 2017.

evolution-https-2017

Une belle accélération du rythme d’adoption et une belle victoire pour Google qui mène ce combat depuis 3 ans maintenant. Il faut dire que Google n’a pas ménagé ses efforts pour faire inciter les sites à sécuriser leurs données :

Si aujourd’hui, de nombreux sites ne sont pas encore sécurisés (dont certains gros comme ebay), ce n’est qu’une question de mois. D’ailleurs, cela ne m’étonnerait pas que Google essait d’accélérer.

Cela pourrait passer par un renforcement du boost pour les sites HTTPS. Ou au contraire afficher un label dans les pages de résultats du genre ce site n’est pas sécurisé.

Et vous? Vous êtes HTTPS ? Moi pas encore. Je manque de temps. Et pis vous savez, les cordonniers… 🙂

Lien de l’article original : https://moz.com/blog/half-page-one-google-results-https


Patent : détecter et corriger les erreurs potentielles dans le comportement d’un utilisateur.

patents-google-influence-mobile

Tout ce qui suit se base sur la publication récente d’un patent (un brevet). Un patent ne signifie pas forcément que Google va implémenter son contenu. Mais de nombreux patents deviennent réalité.

Mis en place ou non, les patents déposés par Google permettent à tous les coups de bien comprendre la direction dans laquelle il veut investir et se diriger.

Ceci étant dit, voila globalement ce qu’il faut retenir de ce patent et du suivant (juste en dessous) : Google dévoile les idées et technologies qu’ils souhaitent utiliser pour monétiser les appareils mobiles et appareils connectés qui sont (et vont continuer d’être) de plus en plus utilisés vocalement.

Pour ce premier patent, Google explique donc comment il compte détecter et corriger les erreurs potentielles dans le comportement d’un utilisateur. En très résumé, voici ce qu’il faut savoir :

  • Google va systématiquement chercher à inscrire nos actions présentes dans le contexte de tâches que nous pourrions réaliser dans le futur. Pour ce faire, Google va accéder et prendre en compte encore plus d’informations qu’aujourd’hui. Sont cités notamment : les réseaux sociaux, les systèmes de communication (mail, sms, appel, etc… conversations hors ligne ?), tous les services tiers (grosso modo tout ce que vous faites, peut importe l’application ou le site que vous consultez). Il pourra également prendre en compte des données externes (comme la météo), toutes les données historiques, les agendas, votre position, votre vitesse.
  • Google utilisera (évidemment) du machine learning et de l’intelligence artificielle pour déterminer les actions que les personnes vont probablement réaliser en se basant sur les prévisions issus de l’analyse d’un volume gigantesque de données historiques et partagées. Ce machine learning essaiera sans cesse de détecter à la fois des motifs globaux mais aussi individuels.
  • Google va ensuite tenter de détecter lorsque certaines actions prises peuvent entrer en collision avec des actions futures que l’utilisateur est sensé réaliser. Et alors, Google enverra à l’utilisation une notification pour l’informer que ce qu’il est en train de faire peut l’empêcher de réaliser une autre action future.
  • Le système est paramétré pour donner de l’information proactive qui permettra à l’utilisateur d’éviter de faire des erreurs, même s’il n’ont pas conscience qu’ils font une erreur. Le patent suggère même que le système pourra corriger le comportement sans avoir besoin que l’utilisateur final n’en soit informé.

Exemples pour bien comprendre

Imaginons que vous avez un vol à prendre à 8h30. Le système détectera si vous ne vous êtes pas levé et vous en alertera avant qu’il ne soit trop tard en fonction des conditions (le temps pour vous rendre à l’aéroport, la circulation en temps réel, le temps pour embarquer en temps réel, etc…).

Imaginons maintenant que vous arriviez à un pressing fermé le lendemain. Google a compris que vous allez à ce pressing pour un événement le lendemain et que si vous posez votre costume chez ce pressing, vous ne pourrez pas le récupérer à temps.

Google pourra alors vous suggérez d’aller chez un autre pressing, au plus près, vous permettant de récupérer votre costume et d’aller à votre événement avec.

Lien vers l’article original : http://searchengineland.com/patent-1-2-google-learns-influence-control-users-272358


Patent : achat guidé via smartphone

GoogleAssistant-640x357

Celui-ci est assez fou. Il pourrait bien définir l’avenir d’Adwords pour le E-commerce

  • Google va essayer de comprendre l’intention d’achat des utilisateurs en fonction de leur comportement sur leur mobile. L’idée, c’est que lorsque l’on achète un produit ou un service, il y a toujours une série d’actions attendues qui doit être réalisée. Et le système va comprendre où se situe l’utilisateur dans cette séquence, en fonction de son comportement. Il s’agira ensuite de l’accompagner dans les prochaines étapes (définies par Google de manière optimale) jusqu’à l’achat par le biais de questions et notifications. Le système comprendra également s’il y a une date limite pour l’achat et ajustera en conséquence.
  • Google permettra aux annonceurs (le futur d’Adwords!) d’enchérir de manière différenciée selon les étapes ou se situent les utilisateurs dans leur séquence d’achat. Il est important de noter qu’à aucun moment, le patent ne parle d’organique. Le sujet, c’est clairement de guider les utilisateurs afin de générer des opportunités publicitaires. Pas organiques.
  • Comme dans le patent précédent, Google pourra utiliser toutes les données possibles et inimaginables pour détecter une intention d’achat et définir ou vous en êtes. (Données social media, de communication, données externes, données historiques, contexte géographique, etc…). De plus, le système utilisera toutes les données de tous les utilisateurs et les analysera par machine learning.
  • Google aidera l’utilisateur à avancer dans sa séquence d’achat en répondant à des questions. Il fermera ainsi les différentes portes permettant de réduire le champ des possibles jusqu’à être sûr de ce qu’il faut à l’utilisateur. Les questions seront majoritairement liées à des caractéristiques et/ou attributs désirés ou non pour un produit ou un service. Selon les réponses, seuls les vendeurs ou prestataires répondant aux critères seront éligibles pour disputer le round final et placer leurs enchères publicitaires.
  • Il est également possible pour les annonceurs d’ajouter des étapes aux séquences d’achat des utilisateurs. Typiquement de la vente complémentaire. L’annonceur pourra enchérir sur les utilisateurs ayant acheté tel produit ou tel service parce que leur produit ou service est complémentaire. Google proposera alors l’étape supplémentaire aux utilisateurs.
  • Il est également important de noter que dans cette série d’événements, l’utilisateur ne quitte jamais Google. Le système e-commerce fonctionne avec (ou peut être à travers) Google pour réaliser la transaction.

Ce que cela implique

Beaucoup d’idées dans ce patent. L’explosion de la recherche vocale et appareils compatibles, Google Assistant déployé sur de plus en plus d’appareils.


google-assistant-recherches-vocales

 

Tout cela semble dessiner un monde ou les questions et réponses guident les utilisateurs dans leurs achats de manière ultra optimisée, sans jamais afficher quoi que ce soit visuellement. Est-ce la fin annoncée des écrans ? En tout cas pour la majorité des besoins courants ?

Par ailleurs, on se dirige de plus en plus vers des flux et du schema markup afin que tout soit codifié au maximum et que Google ait toutes les données à disposition pour trier efficacement les possibles. C’est une évidence. Tout va devoir être classifié et structuré. Exactement comme cela se passe avec le CPU et la RAM d’un ordinateur.

C’est d’ailleurs le cas en E-commerce et je suis prêt à parier que le nombre de champs obligatoires ne va faire qu’augmenter. C’est aussi le cas sur Adwords avec de plus en plus de flux. C’est le cas sur Google My Business ou sont récemment apparus les caractéristiques pour les établissements et ou l’on peut importer des flux d’établissement lorsque l’on en a plus de 10.

Mon interprétation

Si cela se produit (nous ne parlons que d’un patent après tout), cela signifie qu’en vocal, Google aura fusionné l’organique et le payant. On aura le meilleur des 2 mondes. Il mettra toute sa puissance organique de catégorisation dans le diagnostic, afin de de guider l’utilisateur de manière ultra efficace vers le produit ou service le plus adapté à son besoin.

Et il mettra ensuite toute sa puissance publicitaire pour pousser les différents marchands en fonction bien sûr des contraintes de l’utilisateur (délais de livraison et/ou distance de trajet acceptée par exemple) mais aussi des enchères des différents annonceurs.

Plein de questions cependant

Qu’en est-il de la vie privée? Est-ce que tout ce « confort » et cette efficacité justifie que Google accède à TOUTES nos données, y compris sans doute l’analyse de nos conversations hors ligne, juste parce que l’appareil peut entendre ce que nous disons. Ça fait réfléchir n’est-ce pas ? Vous en dites quoi vous ?

Qu’en sera t’il du SEO? Toutes les recherches ne seront pas vocales. Il y aura donc encore des opportunités d’apparaître dans des résultats de recherche. Sans parler du fait que toutes les recherches ne sont pas commerciales (les requêtes informationnelles représentent les 2 tiers des recherches).

Il y aura donc encore des opportunités de featured snippet en vocal afin d’être LA bonne réponse. Mais malgré tout, les volumes vont forcément baisser à mesure que la recherche vocale va s’imposer comme le mode de recherche principal.

google-voice-search-device-footprint

Qu’en est-il des sites e-commerce ? On en aura sans doute encore besoin pour toutes les personnes recherchant sur un écran. Mais les volumes de visites en ligne vont sans doute énormément diminuer.

Et il va forcément y avoir plein de « morts » puisqu’il faudra absolument annoncer pour être éligible pour obtenir un client issu des recherches vocales. (plein d’e-commercants n’ont pas les moyens de faire d’Adwords aujourd’hui). En décodé, cela devrait donc tuer tous les plus petits.

Vous êtes d’accord avec ça ? Vous voyez les choses autrement ? Réagissez ! Discutons ! Les commentaires sont la pour ça 🙂

Lien vers l’article original : http://searchengineland.com/patent-2-2-google-learns-guide-purchasing-decisions-273055

Auteur : Bruno Guyot

Expert en marketing digital & Générateur de business par des campagnes data-driven. J'aide les agences et les entreprises à accroitre leur business par la mise en place de mécanismes de tracking évolués. La récolte des données va nourrir une stratégie digitale et des campagnes à haute performance. Parmi les leviers technologiques utilisés : Analytics, Tag Management, Adwords, Facebook, LinkedIn, Twitter.

16 réflexions sur « 5 grosses actus SEO / SEA décryptées – avril 2017 »

  1. L’article est top. C’est vraiment un bon résumé des news des ces derniers temps. Merci beaucoup et j’espère en voir d’autres ces prochains mois (voir semaines peut-être) 😉

  2. Excellente sélection d’articles, je suis impatient de lire la suite.
    Pour ma part, je suis très curieux de voir comment va évoluer le search vocal.

    1. Merci Fabrice 🙂 C’est assez fou la recherche vocale c’est clair. Le temps de Star Trek ou l’on a des conversations avec l’assistant n’est plus si loin. Pour le meilleur et/ou pour le pire.

  3. Hello Bruno,

    Moi-même j’ai des difficultés à dire exactement où donner priorité pour l’année 2017… j’essaie de défocuser de la technique pour regarder des objectifs assez clairs.

    Mon opinion est assez basique sur le sujet la technique évolue certes, mais les contenus se font de plus en plus pauvres, les entreprises peinent à créer du contenu intéressant / pertinents pour leur marque.

    A cela s’ajoute le levier YouTUBE qui à mon sens est un apporteur d’affaire, mais qui reste difficile à amorcer dans le monde de l’entreprise (trop de contraintes et de paliers à passer).

    Je veux pas me mettre à dos la communauté SEO, mais souvent je dis à mes clients que le problème c’est pas le SEO c’est surtout l’exécution, optimiser une coquille vide comme c’est souvent le cas, ne sert pas à grand chose. Le plus difficile reste justement de créer du contenu pour remplir la coquille et faire envie au visiteur.

    Pour 2017 pensez « Que veulent les internautes ? » et « Comment les aider ? »…. plutôt que « Comment je fais pour vendre plus ? ».

    Merci pour ce retour d’information très instructif !

    A bientôt !

  4. Merci beaucoup pour ce récap de l’actu SEO !
    Je vois que c’est pas rien le passage en HTTPS, c’est un argument de plus pour dire aux clients qu’il faut l’envisager.
    Et c’est intéressant de voir que la position n°1 tant aimée n’est en fait pas autant cliquée que ça, malgré la hausse des visites des bots, on est d’accord….
    En tout cas, top ton partage d’articles 🙂

  5. Mobile + intelligence artificielle + interface sans écran (requête à la voix – Amazon, Apple et Microsoft sont aussi dessus) => la fin des moteurs de recherche et l’ère des assistants personnels.
    Comment mettre de la pub dans tout ça sans nuire à l’expérience utilisateur ? Ça c’est la question pour les agences et les GAFA.
    Comment les utilisateurs vont-ils accepter de se laisser guider à ce point sans soulever de questions par rapport au tracking, à la personnalisation, aux biais commerciaux ? Ça ce sont les questions pour les utilisateurs mais je crois qu’il ne vont pas y répondre du tout. Si c’est pratique, tant pis pour les effets de bords. Ouch.

    1. Merci pour ton commentaire Christophe. Plein de questions effectivement. Et pendant ce temps, DuckDuckGo monte, monte 🙂

  6. Bien joué Bruno ! Bel article qui fait froid dans le dos. Il y a du Matrix dans notre GG selon toi ? Un point risque tout de même de perturber les projets de Google. En mai 2018 entrera en vigueur une nouvelle loi, appelée GDPR (General Data Protection Regulation), qui remplacera la célèbre loi « Informatique et Libertés », très importante dans le domaine de la recherche d’information et du SEO (source Newsletter Abondance). La CNIL , mais à l’échelle de UE, il va y avoir de l’actu à publier (jeu de mots) . Merci pour toutes ces infos.

    1. Hello Pascal,

      Merci pour le commentaire 🙂

      Google est déjà sur le coup et planche depuis un moment à l’après cookie 🙂 Sans parler du lobbying en cours qui fait que la nouvelle loi pourrait s’adoucir un peu avant publication. Mais une chose est sûr, des actus y en a toujours c’est clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *